Semaine de la Mixité dans la Nièvre : Du théâtre forum pour combattre les stéréotypes de genre

 

Pour cette 3ème  édition de la Semaine de la Mixité dans la Nièvre, le théâtre forum s’est invité au lycée Pierre Gilles de Gennes à Cosne sur Loire. Du théâtre forum avec la compagnie icaunaise Exponens.

P1050197

Faut-il gommer sa féminité quand on est une femme et que l’on exerce un métier encore peu féminisé au sein d’une équipe masculine ? Les hommes sont ils capables d’exercer dans la petite enfance alors qu’on leur dit souvent qu’ils n’ont pas l’instinct maternel ? Comment argumenter quand on est candidate à un poste dit masculin face à un recruteur qui a beaucoup d’a priori ?

Quelques questions parmi beaucoup d’autres soulevées par les comédiennes au cours des trois tableaux proposés à quelques 140 élèves de 2nde générale invités à débattre autour de la mixité professionnelle.

La rencontre commence avec une saynète entre une mère et sa fille qui lui annonce qu’elle envisage d’entrer dans l’armée. La mère, aide-soignante, envisage pour sa fille une carrière dans le secteur médical et va essayer par tous les moyens de la décourager en lui expliquant qu’elle n’a pas la carrure pour un métier si dangereux, et qu’en plus elle devra faire une croix sur une vie de famille et des enfants ! Deux élèves, dont une fille qui souhaite s’engager dans l’armée, se proposeront pour rejouer la scène : si le père est un peu moins « contre » le choix de sa fille, il évoque aussi le danger, la prise de risque… Est-ce que les parents auraient réagi de la même façon si cette conversation avait eu lieu avec leur fils ? Lance un élève. 2ème tableau : 2 amies parlent de l’orientation de leurs fils. L’un fait des études en informatique et sa mère, très contente de son choix, est fière d’en parler à son amie, qui, elle, semble beaucoup hésiter à parler du métier que son fils a choisi. Elle finit par expliquer qu’il veut être sage-femme, ou « accoucheur » à son amie, qui se met à rire. « Sinon », ajoute–t’elle,  « il est normal, il joue au rugby, il a une petite copine… ». Qu’en pensez vous, lance l’une des comédiennes ? Pourquoi cette réaction de l’amie ? Selon un élève : « On a l’habitude de voir une femme sur ce métier, et ça fait bizarre et en plus c’est dérangeant que ce soit un homme qui se retrouve dans cette situation intime. « Je serais jaloux » ajoute un autre garçon. Et la comédienne de faire remarquer qu’il y a beaucoup de gynécologues hommes…avant d’incarner pour le 3ème tableau une recruteuse bien embarrassée face à la candidate qu’elle a convoquée. Parce qu’elle s’attendait à rencontrer un homme, bien sûr, pour un poste de chauffeur routier ! S’ensuit un entretien peu professionnel, où les questions d’ordre privé fusent : « Comment allez vous faire avec les enfants ? Et votre mari, va-t-il accepter vos absences ? Et votre couple, vous y avez pensé ? » au lieu de se renseigner sur ses compétences et sa motivation. Elle n’aura cesse d’essayer de la décourager tout au long de l’entretien, allant même jusqu’à lui proposer un poste d’assistante de direction. Elle finira par lui accorder un contrat – « après la période d’essai, on verra ce que ça donne… », avec un salaire équivalent à celui qu’elle aurait donné à un homme parce que « maintenant, on ne peut plus faire ce que l’on veut… ».

De la fiction certes, mais pas très éloignée de la réalité. Les stéréotypes sont partout et nous les prenons encore trop souvent, inconsciemment, pour argent comptant.  A nous de changer notre regard pour faire évoluer les mentalités.