Retour sur les tables-rondes du vendredi 2 février à Vesoul

FETE était partenaire de la semaine « Sciences et techniques en tous genres » qui s’est déroulée du 29 janvier au 2 février 2018 et organisée dans le département de la Haute-Saône, par les services départementaux de l’Éducation Nationale et la Déléguée Départementale aux droits des femmes et à l’égalité.

Cette manifestation a pris la forme de différentes actions tout au long de la semaine afin de permettre aux élèves de collèges et lycées de Haute-Saône de dépasser les stéréotypes sexués sur les métiers et de travailler sur leurs choix d’orientation professionnelle pour développer la mixité. Notamment dans les métiers scientifiques et techniques où les femmes sont encore trop peu nombreuses. Aujourd’hui, seulement 12 catégories de métiers sur 87 recensés par l’INSEE sont mixtes, et les stéréotypes liés aux métiers techniques et scientifiques perdurent…

Deux tables-rondes animées par FETE se sont succédées afin de clôturer cette semaine « Sciences et techniques en tous genres », vendredi 2 février au lycée Belin de Vesoul.

Lors de ces tables-rondes, nous avons pu entendre les témoignages de neufs professionnel.le.s et élèves, qui exercent ou se forment  dans des métiers qui ne sont aujourd’hui pas mixtes :

  • Charlène Ponsard, Chargée de Projets en  Raccordements & Travaux chez ENEDIS
  • Florelle Gindraux, Chercheuse en biologie cellulaire au CHU
  • Marie-Odile Anscutter,   Major à la Base Aérienne 116 de Luxeuil
  • Yannick Deroy, en formation Agent Administratif et d’Accueil à l’AFPA
  • Laetitia Praneuf, Opératrice de Production de volets électriques
  • Léonie Grenier, en Terminale STI2D (Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable)
  • Sophie Hihn, Chargée de promotion des métiers du transport et de la logistique
  • Alissia Marguier et Mélanie Bulle, en BTS Transport et Prestations Logistiques

 

 

 

 

 

Ces neuf professionnel.le.s ont pu présenter aux élèves leurs parcours, leurs métiers, souvent méconnus. Pour certain.ne.s, le choix de ce métier était logique, pour d’autres, il résulte d’une reconversion.

On remarque que les filles ne vont pas forcément vers certains métiers scientifiques et techniques car il y a une grande méconnaissance de ces secteurs vus comme « masculins ». Certaines ont peur de ne pas être assez fortes physiquement. D’autres ne souhaitent pas être seules dans des classes de garçons. Il y a aussi le rôle de l’entourage qui est important… De nombreux facteurs peuvent rentrer en compte et nous motiver ou nous démotiver dans nos choix professionnels.

Les choix de ces personnes restent « atypiques » et bousculent les codes établis. Tous sont d’accord pour dire qu’il est important de poursuivre ses rêves et ses passions et qu’il ne faut pas baisser les bras malgré les nombreux freins que nous pouvons rencontrer. Nous devons tous essayer de déconstruire les idées préconçues sur ces métiers car la mixité est un atout pour les entreprises !

On constate quand-même quelques avancées en termes de mixité. Par exemple, les femmes investissent un peu plus la branche transport et logistique, un secteur porteur qui représente une quarantaine de métiers différents. Aussi, au sein de l’Armée, tous les postes sont ouverts aux femmes et aux hommes et on voit de plus en plus de femmes dans les campagnes d’affichage.

Pour plus de renseignements, contactez FETE au 03 80 43 28 34 ou par mail :  contact@fete-egalite.org.