RENCONTRES lors du salon Apprentissimo : SOLENE

FETE a participé au Salon Apprentissimo de Dijon les 21 et 22 avril ; l’occasion d’y faire de belles rencontres !

IMG_20140709_093618

Crédit photo: Solène Gauquelin

Bonjour Solène, vous terminez actuellement un BTS dans le bâtiment et vous souhaitez poursuivre votre parcours en Licence professionnelle ‘ Bâtiment et construction spécialité conduite de travaux pour le développement durable ‘ à l’Université de Bourgogne. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez choisi cette formation ?

Il y a quelques années, je n’avais pas vraiment d’idées sur le métier que je voulais faire. J’ai commencé à chercher du côté des métiers de la puériculture car j’ai toujours adoré les enfants. Mais durant mes stages, je me suis rendue compte que je ne voulais pas faire ce métier toute ma vie. J’ai été à de nombreux salons ou forums des métiers et lors du Carrefour des Carrières au Féminin j’ai découvert le métier de géomètre expert puis celui de conducteur-trice de travaux.

Vous avez donc entrepris une formation de 2 ans dans le bâtiment. Comment cela s’est-il passé?

Je suis au lycée des Marcs d’Or depuis 5 ans car j’ai commencé en seconde STI2D (Sciences et Technologies de l’Industrie et du Développement Durable). Ce sont les premiers mois de seconde qui ont été les plus difficiles en termes d’intégration. J’étais une jeune lycéenne un peu naïve ; naïveté dont mes camarades ont un peu joué pour me malmener ! Pour le BTS, j’avais beaucoup plus de caractère et d’aplomb qu’à mes débuts donc ça s’est bien passé dans l’ensemble.

Je suppose que les filles sont encore peu nombreuses ? Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

Depuis ma seconde, les filles sont minoritaires dans la classe (2 sur un effectif de 20 élèves en seconde – 4 sur un effectif de 23 lors du BTS), aussi, le plus difficile a été de se faire une place dans cet environnement très masculin ! Se faire accepter et respecter est complexe car il faut montrer que techniquement, sur le terrain nous avons les même compétences et connaissances que les hommes ; mais que pour autant, en tant que femme du bâtiment, on ne souhaite pas forcément  s’habiller de manière ‘garçonne’ ou gommer sa féminité !

J’ai vraiment le sentiment qu’en tant que fille je dois redoubler d’efforts pour montrer que j’ai ma place sur les chantiers. J’ai un exemple ; il y a peu, dans le cadre de ma formation, j’ai effectué un stage de 2 mois sur un chantier. Les premières semaines je venais habillée avec des vêtements usés que j’utilise chez moi pour du bricolage.  Assez vite, j’ai remarqué qu’on ne me laissait pas faire grand-chose sur le chantier, si ce n’est apporter les outils aux salariés, alors que mes copains de classe ont eu diverses tâches à effectuer dès leurs premiers jours de stage ! J’ai donc décidé de m’acheter tout le matériel nécessaire sur un chantier (marteau, clous, cutter, ‘véritable’ pantalon de travail…). Leur comportement a aussitôt changé. Ils ont  compris que ma formation dans le bâtiment n’était pas une lubie mais un véritable choix professionnel !

 Aujourd’hui vous souhaitez donc poursuivre votre formation, pouvez-vous nous expliquer à quoi correspond la spécialité que vous avez choisie ?  

Je souhaite poursuivre en licence professionnelle en alternance pour me spécialiser dans le métier de conductrice de travaux ainsi que dans le développement durable. Cette formation va ainsi me permettre d’acquérir toutes les connaissances relatives aux responsabilités techniques, organisationnelles, administratives et budgétaires qui sont allouées à un-e conducteur-trice de travaux.

Vous recherchez donc une entreprise d’accueil car la formation est en alternance, comment se passe cette recherche, notamment les contacts avec de potentiels employeurs ?

J’ai envoyé de nombreux CV et lettres de motivation, mais pour l’instant je n’ai que peu de retours. Je vais à de nombreux salons pour rencontrer des employeurs et augmenter mes chances de décrocher un contrat d’apprentissage. J’ai commencé mes recherches sur la Bourgogne, aujourd’hui j’ai décidé de l’élargir à toute la France pour mettre toutes les chances de mon côté !

Qu’auriez-vous envie de dire à ceux et celles qui pensent que la technique n’est pas faite pour les filles ?

Les métiers du bâtiment, quels qu’ils soient, sont ouverts à toutes et tous ! Je suis une fille, féminine, et pleinement épanouie par mon choix professionnel. Peu m’importe mes détracteurs ou détractrices… j’avance sereine !