«

»

Rencontre avec Clotilde, étudiante en DUT Génie Civil

Clothilde GailledratElle se prénomme Clotilde, elle a 19 ans, est Auxerroise, et vient de valider sa première année en DUT Génie Civil. Elle a accepté de répondre aux questions de FETE concernant son orientation.

Clotilde, pourquoi avoir choisi d’intégrer un DUT Génie Civil après ton bac ?

A l’origine après mon bac S je voulais intégrer une école d’architecture. Et puis, dans l’année de ma terminale, j’ai découvert que ce DUT pouvait être une option intéressante pour mener à l’architecture, en me permettant d’acquérir un bagage technique. Et comme une section venait de s’ouvrir l’année précédente à l’IUT d’Auxerre, j’en ai profité. Ma mère s’est un peu étonnée que ce domaine m’intéresse, mais je me suis vraiment sentie soutenue par mes parents dans mon projet. En tout cas je ne regrette vraiment pas ce choix.

Qu’y fais-tu dans ce DUT ?

Je suis des matières différentes chaque semestre qui peuvent aller des mathématiques à l’anglais ou la communication, en passant par la résistance des matériaux, l’électricité, le thermique, l’acoustique, le béton armé et j’en passe… En première année nous avons eu un stage pratique d’un mois et nous en aurons un autre de deux mois l’an prochain. Nous avons aussi mené un projet tutoré qui m’a permis de retracer toute la partie administrative de la conception d’un bâtiment jusqu’à son utilisation.

Qu’as-tu fait pendant ton stage ?

Je l’ai réalisé à Monéteau chez GEBAT Constructions, une entreprise générale du bâtiment. J’y ai fait un peu de pratique, en fait plein de petites choses sur un chantier d’extension d’une maison de retraite. Ça m’a vraiment beaucoup plu. J’aimerais à présent réaliser mon stage de l’an prochain dans un cabinet d’architectes. J’en ai déjà réalisé un de ma propre initiative pendant des vacances d’été alors que j’étais en 1ère.

Qu’envisages-tu de faire l’an prochain après l’obtention de ton diplôme ?

Je visais initialement l’école d’architecture de Strasbourg, mais pendant ma formation j’ai déjà découvert d’autres choses qui me plaisent bien comme ingénieure structure / béton. Je me rends compte aussi que le métier de conductrice de travaux pourrait m’intéresser… A moins que je reste sur mon idée originale d’architecte d’extérieure dans le bâtiment…

Quelle proportion de filles êtes-vous dans ta promotion ?

Nous sommes quatre pour cinquante élèves, et toutes les quatre nous entendons vraiment très bien ! Nous sommes toutes très motivées et contentes d’être là. On s’en sort bien et plusieurs d’entre nous sommes dans les dix premiers.

Aucun soucis d’intégration par les garçons ?

Certains s’autorisent bien quelques petites réflexions, mais cela nous fait plutôt rire. Par exemple, lorsque nous travaillons en petits groupes sur des travaux pratiques, il nous est parfois demandé de rédiger le compte-rendu, car en tant que filles nous sommes mieux à même de faire du secrétariat… Bref, il y a bien parfois des blagues un peu lourdes…

Et lors de ton stage, tu n’as pas rencontré de problème particulier en tant que fille ?

Sur les chantiers vraiment aucun problème, je crois que j’ai vraiment eu la chance d’être avec une bonne équipe et j’ai l’impression que dans l’ensemble les gens sont plutôt contents de voir une femme parce que ça change. Les filles sont rares dans le métier, mais comme je m’en sortais plutôt bien… Je me rends compte que je ne me suis jamais retrouvée en difficulté. Et que comme j’étais la plupart du temps la seule fille, j’étais contente lorsque j’en voyais une, comme par exemple celle qui nous a livré une fois le béton sur le chantier. J’ai pu sinon constater que je n’avais rencontré aucun problème lié à la force physique, par contre que j’allais devoir apprendre à faire plus preuve d’autorité, à m’imposer plus pour me faire respecter.

Pourquoi à ton avis si peu de filles choisissent cette orientation ?

Parce qu’en tant que filles on n’entend pas assez parler des métiers du bâtiment, ou quand on en parle c’est toujours très stéréotypé. C’est un domaine qui est vraiment très vaste et ne se limite pas au marteau-piqueur sur un chantier ! Avant de m’y intéresser, je ne connaissais pas tous ces métiers… Que fait un.e chef.fe de chantier ou un.e conductreur.trice de travaux ?

Tu as déjà participé au Carrefour des Carrières au Féminin que FETE organise chaque année, quel souvenir en gardes-tu ?

Je ne sais plus en quelle classe j’étais, mais j’avais déjà ce projet d’architecture. Je me souviens avoir surtout échangé avec l’architecte mais aussi avec une gendarme. J’aimerais bien y retourner pour m’entretenir avec les autres intervenantes du bâtiment, ce que je n’avais pas trop osé faire à l’époque. En tout cas je trouve cette initiative vraiment très bien car elle permet de rassurer les filles qui n’osent pas et de leur faire découvrir plus de métiers. J’espère pouvoir y revenir à l’avenir en tant qu’intervenante…

 

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn