L’informatique c’est pas génétique

Jeudi 22 mars, lycée Raoul Follereau à Nevers : quelque 130 élèves de 4ème et de 3ème des collèges Victor Hugo, Courlis et Amognes ont été accueilli.e.s pour une matinée de découverte du secteur du numérique, à l’initiative de Thierry Mourot, professeur de physique-chimie et chargé de mission pour l’action culturelle et scientifique.

Crédit photo FETE

Atelier sur les stéréotypes

Organisée dans le cadre de la Semaine Nationale des Mathématiques et du Printemps du Numérique, l’objectif de cette matinée était de permettre une meilleure connaissance de l’informatique, des formations et des métiers de ce secteur, mais aussi déconstruire les stéréotypes de genre qui poussent les filles à désaffecter la filière des nouvelles technologies.

A l’heure de l’explosion de ce secteur porteur qui offre une grande palette de métiers, les femmes représentent seulement 32 % des emplois salariés ; parmi les ingénieurs, seulement 21 % de femmes, quand on sait qu’une femme est l’auteure du  premier programme informatique du monde.

Les 6 tables rondes proposées ont permis aux élèves d’échanger avec des étudiant.e.s  (DIGISUP, CS2I, Onlineformapro, Access Code School ), des professionnel.le.s (Sociétés DAVI, DEVCSI), avec un chercheur de l’INRIA. FETE et la Déléguée aux Droits des Femmes et à l’Égalité ont animé un atelier ludique « Les métiers ont-ils un sexe  ?  » pour combattre les stéréotypes de genre.

Via les 5 ateliers animés par des lycéen.ne.s et des  étudiant.e.s, les élèves ont pu découvrir différents types de codage, la création de pages web, l’utilisation de capteurs ou encore la programmation de drones. Des élèves de la classe ULIS du collège des Courlis ont fait la démonstration de la programmation du robot humanoïde NAO, destiné à des enfants autistes.