Les femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises

femmes-conseil-administration

En 2011 la loi Copé-Zimmermann imposait une représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et conseils de surveillance des sociétés françaises. En 2014 les entreprises de plus de 500 salariés et de plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires devaient comporter au moins 20 % de femmes, pour atteindre 40 % de femmes au sein des conseils d’administration en 2017. L’objectif des 20 % a finalement été réalisé plus tôt que prévu, puisqu’en juin 2012 le pourcentage de femmes dans les instances dirigeantes des entreprises s’élevaient déjà à 23,7 % (contre 20 % un an plus tôt, et seulement 8,5% en 2007).

En juin 2014 le taux de femmes au sein des conseils d’administration des entreprises du CAC 40 a même dépassé le seuil des 30 % (+2 points en un an) d’après une étude du cabinet Ethics & Boards (Observatoire International de la Gouvernance des sociétés cotées).

Ces quotas qui ne concernaient jusqu’à présent que les entreprises privées s’étendent désormais aux entreprises publiques. Le quota de femmes sera appliqué dans les instances dirigeantes du secteur public dès 2017 (au lieu de 2018 initialement prévu).

D’ici là, le Ministère aux Droits des Femmes a deux objectifs majeurs : faire progresser de 10 points la part des femmes dans la création d’entreprises et atteindre les 40% de femmes au sein des conseils d’administration des grandes entreprises et parmi les nominations aux postes de cadres dirigeants de l’Etat.

On estime à plus de 500 le nombre d’entreprises concernées par les quotas, mais on remarque malheureusement que les entreprises connaissent souvent mal les obligations d’égalité professionnelle auxquelles elles sont soumises. Afin de répondre à leurs obligations, les entreprises vont devoir recruter près de 1 000 administratrices d’ici 2017.

Dans ce but, le Ministère aux Droits des Femmes a lancé une plateforme internet pour faciliter la mise en relation entre les entreprises et les femmes en acheminant la demande des entreprises vers ces viviers de femmes : http://administratrices.femmes.gouv.fr/

Des progrès en matière d’égalité professionnelle sont quand même à signaler ! Début juin 2014, le Sommet Mondial des Femmes a eu lieu à Paris, sommet qui a révélé le « Fortune Global 200 ». Ce classement réalisé par le comité international des femmes dirigeantes recense les 200 plus grandes entreprises mondiales et étudie leurs évolutions en matière de parité. La France fait figure de bonne élève au sein de ce classement avec sept entreprises françaises dans le top 10 : la Société Générale est ainsi la seule entreprise avec plus de 40% de femmes au conseil d’administration, on y compte également BNP Paribas, Saint-Gobain, AXA, GDF Suez, Peugeot et Total.