Le numérique, c’est aussi pour elles

« Tous les métiers de demain vont travailler avec le numérique ». C’est ce qu’a expliqué Romain Besson, Ingénieur Chef de projet innovation numérique à la Ville de Nevers, aux lycéens et lycéennes présents lors des tables rondes organisées par FETE en partenariat avec la Maison de l’Emploi et de la Formation en mars dernier.

Environ 80 élèves de 1ère S des lycées R Follereau et J Renard de Nevers ont pu, lors d’une matinée, rencontrer des professionnel.le.s du numérique et découvrir via leurs témoignages, un secteur en pleine expansion, en perpétuelle évolution et qui propose une multitude de métiers différents ainsi qu’une rémunération attractive et la possibilité d’évoluer rapidement.table ronde numérique

L’objectif de ces rencontres était double :

D’une part, informer les jeunes sur un secteur porteur, y compris dans la Nièvre et qui offre aussi des formations supérieures dans cette filière à Nevers : Cs2i Bourgogne, L’École Supérieure d’Informatique forme des Chefs de projets informaticiens de haut niveau et des Managers de Systèmes d’Information et d’Infrastructure. Et DIGISUP, une toute nouvelle école de marketing digital propose le bachelor « Chef de projet web marketing » et ouvrira en octobre prochain un cursus de master en « Manager et entrepreneuriat de projets numériques ».

D’autre part, essayer d’attirer des filles dans ce secteur où les femmes occupent aujourd’hui seulement 30 % des emplois salariés et expliquer que la mixité des équipes est recherchée par les entreprises qui misent là-dessus pour stimuler la créativité, qualité très importante dans ce secteur.

Monsieur Mourot, l’enseignant à l’origine de ces rencontres a rappelé que, de façon générale, les filles délaissent encore beaucoup les filières techniques et scientifiques : « par exemple, en école d’ingénieurs, elles sont moins de 10 % à choisir l’option informatique. Et cela se vérifie aussi à Nevers : dans ce lycée, cette année, en 2nde, l’enseignement d’exploration Informatique et création numérique n’a attiré aucune fille ; autre exemple : en Terminale, dans la spécialité Informatique et Sciences du Numérique, 5 filles seulement sur 35 élèves ».

Un bon point tout de même : l’’emploi des femmes a augmenté de 20 % en 4 ans. On est passé de 192 000 à 231 000 salariées. Entre 2008 et 2011, la croissance de l’emploi des femmes dans le numérique a été plus forte que celle de l’emploi des hommes qui a été de + 14 %.

Malgré ces récentes évolutions, il reste encore bien des stéréotypes à déconstruire pour que les femmes se sentent légitimes dans ce secteur et osent s’y aventurer.