Inégalités dans le football français : le match femmes-hommes.

En ce lendemain de victoire de la France pour cette Coupe du Monde de Football 2018, il est temps pour nous de faire le point sur l’écart de rémunération faramineux entre footballeuses et footballeurs.

Alors que les équipes féminines françaises ne cessent de remporter des succès depuis quelques années, le football reste le sport le moins féminisé avec seulement 150 000 licenciées en 2016 contre plus de 2,1 millions d’hommes.

Mais combien gagne une footballeuse professionnelle ?

Sans grande surprise, de grosses inégalités salariales existent et persistent entre les femmes et les hommes professionnels du ballon rond. Le salaire moyen d’une footballeuse professionnelle oscillerait entre 1.500 et 3.000 euros. En ce qui concerne celles qui évoluent dans les plus grands clubs (PSG, OM, OL…), elles toucheraient en moyenne 4.000 euros par mois. Elles peuvent également bénéficier de différentes primes, en cas de sélection en équipe nationale. Pour une victoire en Coupe du monde, par exemple, elles toucheraient 15.000 euros de prime.

Une belle somme, certes, mais pour comparaison, chez leurs homologues masculins, le salaire moyen pour des joueurs en Ligue 1 est de 75.000 euros brut par mois. Sans compter les primes en cas de victoire en Coupe du Monde, qui s’élèveraient à 300 000 euros ! Elles gagneraient donc plus de 90 % de moins… Un écart de salaire extrême comparé aux 18 % correspondant à la moyenne femmes-hommes, tous secteurs confondus.

L’Olympique Lyonnais est le meilleur club féminin de France. Il emploie deux des joueuses les mieux payées du monde :  Alex Morgan et  Amandine Henry, qui toucheraient 30.000 euros par mois. Mais là encore, si l’on compare avec les joueurs masculins, la différence est flagrante. En effet, à la tête des joueurs de Ligue 1 les mieux payés, on retrouve Neymar avec 3 millions d’euros et Kylian Mbappé avec 1,5 millions d’euros… mensuels…!  Un écart astronomique donc.

Est-ce que cela va changer  ?

En tous cas, la couverture médiatique des événements féminins est en réelle hausse. Que ce soit devant le petit écran, en ligne ou au stade, le Championnat d’Europe féminin de l’UEFA 2017 a établi des records d’audience. De plus, il faut savoir que c’est en France que sera organisée la Coupe du Monde féminine en 2019 ! La chaîne TF1 acquière les droits de diffusion pour la Coupe du Monde 2019, ce qui montre l’ampleur que commence à prendre le football féminin.

Plus de médiatisation = Moins d’inégalités ? On espère que cette future coupe du monde suscitera davantage d’engouement, et que notre équipe féminine deviendra à son tour Championne du Monde en 2019 ! Allez les bleues !

Sources : Fédération Française de Football (FFF), UEFA et l’Equipe.