EMPLOI / Etre une femme est un facteur de discrimination pour près d’une femme sur deux

Aujourd’hui, les femmes sont davantage confrontées à des discriminations que les hommes : grossesse, enfants et maternité sont les critères les plus souvent évoqués et identifiés comme facteurs impactant leur parcours professionnel. La dernière étude publiée à ce sujet par le Défenseur des Droits montre que dans l’emploi, le sexe est le premier critère de discrimination.

0001

Des femmes discriminées qui en ont conscience mais qui ne dénoncent pas ces agissements : certaines n’osent pas de peur de représailles, d’autres sont fatalistes et  se disent que, « de toute façon, les recruteurs auront toujours le dernier mot ».

Des discriminations qui perdurent, qui même prennent de l’ampleur… notamment vis-à-vis de femmes enceintes, mamans ou encore qui rentrent d’un congé parental.

Des discriminations qui perdurent à cause des stéréotypes qui envahissent notre quotidien. Même si le sexe est le facteur de discrimination cité pour de nombreuses femmes, l’origine, l’âge ou encore l’apparence physique ne sont pas en reste…

Dans ce contexte, FETE a poursuivi en 2015 un travail initié dans la Nièvre en 2014 en l’étendant à l’ensemble des départements bourguignons sur des territoires désignés quartiers prioritaires. Avec pour objectifs de libérer la parole et de rompre l’isolement, FETE est allée à la rencontre de plus de 130 femmes qui ont pu bénéficier d’informations précises, notamment sur les recours en cas de discrimination. Ces espaces de parole ont permis de recueillir une cinquantaine de témoignages qui confirment que beaucoup de travail reste à faire pour faire évoluer les mentalités et changer les représentations.

Grâce à ce travail de recueil de témoignages, FETE envisage d’accentuer son action de lutte contre les discriminations en 2016, avec notamment la création d’une pièce de théâtre forum pour poursuivre son travail d’information auprès des femmes mais aussi pour sensibiliser les acteurs du recrutement.