Égalité professionnelle

L’égalité professionnelle est LA thématique phare de FETE depuis plus de 25 ans. Nous disposons de beaucoup de ressources sur l’égalité professionnelle, tellement qu’il nous est impossible de tout répertorier sur cette page. Nous vous listons donc seulement nos ouvrages les plus récents sur la thématique !

 

Les femmes valent-elles moins cher que les hommes ?
Annie Batlle, pour la collection Égale à égal
Éditions Belin, 2014
Si on compare les salaires des femmes à ceux des hommes – à poste égal, par niveau de responsabilité, par secteur, par métier, par âge, par diplôme – force est de constater que leur valeur sur le marché de l’emploi est moindre. Les femmes qui accèdent à des emplois de bon niveau sont moins payées que les hommes. Les temps partiels,
le sous-emploi, qui concernent surtout des femmes, font sombrer les moins qualifiées dans la pauvreté. L’objet de ce livre est de démonter les ressorts de ces paradoxes et de mettre en évidence les bénéfices individuels et collectifs de l’égalité salariale.

 

Le sexisme au travail, fin de la loi du silence ?
Brigitte Grésy, pour la collection Égale à égal
Éditions Belin, 2017
Omniprésent dans le monde du travail, le sexisme fait toujours l’objet d’un déni de la part des victimes comme des auteurs. Cet ouvrage dénonce toute la gamme de comportements, souvent insidieux mais toujours délétères, du sexisme ordinaire auxquels les femmes sont confrontées : du compliment très, trop appuyé, à la blague graveleuse, en passant par des remarques, gestes et attitudes face auxquels elles sont désarmées. L’auteure propose une série de réponses individuelles et collectives possibles, et en particulier la voie ouverte récemment par le droit français qui a introduit dans le Code du travail l’interdiction de tout agissement sexiste.

 

Les métiers ont-ils un sexe ?
Françoise Vouillot, pour la collection Égale à égal
Éditions Belin, 2014
En France, seuls 12 % des métiers sont mixtes. Aux hommes, la production et l’ingénierie, aux femmes, l’éducation, la santé, le social. Existerait-il des métiers plutôt féminins ou plutôt masculins? Filles et garçons auraient-ils des aptitudes spécifiques qui les orienteraient «naturellement» vers des professions différentes? L’objet de ce livre est de démonter les ressorts de la division sexuée du travail, porteuse d’inégalités, et de révéler tout l’intérêt pour la société d’une réelle mixité des métiers.

 

 

Femmes dirigeantes en entreprise : des parcours aux leviers d’action
Dirigé par Jacqueline Laufer
Association Française des Managers de la diversité
Dimension fondamentale de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la mixité des équipes dirigeantes est un enjeu fort pour les entreprises. Issu d’un travail de recherche sur les femmes dirigeantes dans des entreprises installées en France, cet ouvrage apporte des éclairages nouveaux sur leur processus d’accession aux instances dirigeantes que sont les Comités de direction et les Comités exécutifs. Le travail minutieux d’analyse de leurs parcours met en lumière les obstacles rencontrés au fil de leur carrière et identifie les leviers qui peuvent leur permettre de s’en affranchir. Destiné aux dirigeants d’entreprise, professionnels des ressources humaines et aux femmes elles-mêmes, cet ouvrage décrit le rôle joué par les différents acteurs dans la promotion des femmes à ces postes de responsabilité et offre des pistes d’actions concrètes pour y parvenir.

 

Un quart en moins
Rachel Silvera
Éditions La Découverte
Malgré les lois, discours et autres chartes, en France, le salaire des femmes reste inférieur d’un quart à celui des hommes. Comment expliquer cet écart persistant ? Au XIXe siècle, on considérait qu’il n’était pas vital pour une femme de travailler. Pouvant compter sur « monsieur Gagnepain », celle-ci ne pouvait prétendre qu’à un « salaire d’appoint ». De manière insidieuse, ce modèle pèse encore aujourd’hui. Les salariées semblent piégées, entre « plancher collant » et « plafond de verre ». Pourtant, ces dernières années, des femmes ont décidé de se battre et ont obtenu gain de cause. Rachel Silvera leur donne largement la parole. Parce qu’elles ont eu des enfants, sont passées à temps partiel, ou simplement parce qu’elles sont femmes, Maria, Flora et les autres n’ont eu aucune augmentation de salaire, ou très peu, au cours de leur carrière. Les juges ont reconnu qu’elles étaient victimes de discrimination et devaient obtenir réparation à travers un rappel de salaires et une requalification. À jour de la jurisprudence la plus récente, ce livre donne de nouveaux moyens pour en finir avec des inégalités d’un autre âge. Au-delà, il plaide pour une autre façon d’évaluer les compétences, celles des femmes restant trop souvent perçues comme relevant de qualités « innées ».

 

L’inversion du genre : Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin et réciproquement
Danièle Kergoat
PU Rennes
Femmes pompiers ou médecins, cadres d’entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses… mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d’exemples de l’avancée en mixité dans des bastions longtemps monosexués. La mixité n’est donc pas seulement une question de co-présence de femmes et d’hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l’exclusivisme de genre attaché à certains métiers. Il est certes important d’en prendre la mesure précise, statistiques à l’appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions, de travail, de rémunération, de promotion selon qu’il l’est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d’observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes qui sont à l’œuvre. Parler d’inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c’est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

 

Le temps des femmes : Pour un nouveau partage des rôles
Dominique Méda
Champs actuel
Il y a presque dix ans, Dominique Méda faisait le constat suivant : les femmes françaises travaillent de plus en plus, mais les institutions, les mentalités ne se sont pas encore adaptées à cette nouvelle réalité sociale. Qu’en est-il aujourd’hui ? Le  » temps des femmes  » est-il enfin advenu ? Pour la sociologue, le constat est, hélas, préoccupant. Les inégalités professionnelles entre hommes et femmes ont cessé de se réduire, l’écart des salaires reste significatif (près de 25 %), le temps partiel- qu’il soit choisi ou subi – concerne majoritairement les femmes, lesquelles, par ailleurs, accèdent toujours aussi peu aux postes de responsabilité. Pourquoi cette piètre performance de la France ? Comment expliquer cette résistance à des changements que d’autres pays – nos voisins nordiques par exemple – ont menés avec succès? Que faire pour relancer une dynamique qui paraît d’autant plus grippée qu’elle ne relève pas de « l’urgence » sociale? Dominique Méda en appelle à une véritable révolution mentale: il faut inciter les hommes à s’impliquer davantage dans la prise en charge des enfants, déspécialiser les rôles – notamment pour les tâches ménagères -, et reconnaître que certaines activités, jugées peu productives comme tout ce qui touche au tare, au soin d’autrui, sont une richesse pour notre pays. Cette révolution est à notre portée.

 

Genre et Techniques (XIXe-XXIe siècle)
Fabien Knittel, Pascal Raggi
Presses universitaires de Rennes
Les objets techniques, leur manipulation, sont presque toujours renvoyés au masculin. Or, ce stéréotype n’est que partiellement vrai une fois que l’on s’est efforcé de mener une analyse fine des rapports entre genre et techniques, ambition de tous les auteurs de ce livre. Dans l’historiographie francophone, comme le lien entre genre et techniques a été rarement effectué, les principales questions à la croisée de ces deux thématiques doivent encore être étudiées et les réponses déjà apportées approfondies. Ainsi, l’étude du rapport entre les femmes et les techniques n’est qu’une première approche qui doit être étendue dans le cadre d’une problématique plus large tenant compte de tous les aspects du genre, notamment les questions liées à la masculinité. Ces aspects méritent d’ailleurs une attention toute particulière, dans le sens où l’enseignement technique contribue à la construction d’un certain type de masculinité, reproduisant, par exemple, des différences genrées à l’école et dans les milieux professionnels. Cet ouvrage permet de s’interroger sur une thématique innovante. Si les travaux d’historiens dominent, le sujet abordé rend néanmoins nécessaire une approche pluridisciplinaire. La sociologie, la philosophie et l’anthropologie apportent donc également ici un éclairage sur les liens qui peuvent exister entre genre et techniques.

 

Histoire du travail des femmes
Françoise Battagliola
Collections Repères
Les paradoxes d’une histoire où l’activité professionnelle des femmes a toujours été particulièrement fréquente, tout en étant marquée par les inégalités liées au genre. Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, le travail des femmes s’est exercé de plus en plus hors du cadre familial et le salariat est devenu une réalité. Grâce à la progression de la scolarité des jeunes filles, les femmes ont pénétré des secteurs et des professions jusqu’alors occupés par les hommes. Cette concurrence n’a pas manqué de soulever, de façon diverse selon les époques, controverses et ripostes. Aussi, tout en étendant ses champs d’action, l’activité féminine a été limitée dans ses ambitions et les frontières du masculin et du féminin ont été redéfinies. Plus particulièrement consacré à la France, ce livre interroge les paradoxes d’une histoire où l’activité professionnelle des femmes a toujours été particulièrement fréquente tout en étant marquée par les inégalités liées au genre, montrant à quel point cette histoire est inséparable de celle des rapports de domination des hommes sur les femmes.