«

»

Des ateliers ludiques pour les écoles primaires

Savez-vous pourquoi il n’y a presque pas de garçons qui travaillent dans les crèches ? « Les garçons, ils  trouvent ça écœurant de changer une couche » répond une fille. Et pourquoi ne voit-on pas beaucoup de femmes carreleuses ou mécaniciennes ? Une fille lève la main : « Les femmes ne peuvent pas travailler dans le bâtiment car elles ne veulent pas se salir les mains. » et une autre d’ajouter : «  Le travail des femmes, c’est de faire le ménage et de s’occuper des enfants ».

Cette scène se passe dans une classe de CM1 où FETE intervient pour parler des métiers, des filles et des garçons. Trois ateliers d’une heure pour faire émerger les stéréotypes, les déconstruire en montrant par l’exemple que tous les métiers sont possibles pour les femmes comme pour les hommes. Et des stéréotypes, il y en a, bien ancrés… Si l’on regarde la liste des métiers choisis respectivement par les filles et les garçons, dans les cinq écoles de Chalon-sur-Saône où des ateliers ont été proposés, c’est flagrant : côté filles, c’est danseuse, mannequin, actrice, chanteuse, infirmière, institutrice, coiffeuse ou puéricultrice ; côté garçons, footballeur professionnel l’emporte devant policier, gendarme, maçon, mécanicien, archéologue ou ingénieur aéronautique…

Séance 1 4

Ce sont quelque 140 élèves chalonnais.es, du CP au CM1 qui ont été sensibilisé.e.s à la mixité professionnelle : changer leur vision sexuée des métiers, élargir leurs horizons mais aussi faire passer un message de tolérance et de respect, respect du choix d’autrui même quand ce choix sort de « la norme ». Deux ateliers ont également été animés au centre de loisirs Anne Franck auprès des 4/5 ans.

Lors du dernier atelier, les élèves ont été invité.e.s à réaliser des affiches pour faire passer le message aux autres élèves de l’école, mais aussi aux parents…

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn