Revenir à Portraits et témoignages

Discrimination dans l’emploi : des femmes prennent la parole

En France, les personnes ayant vécu des situations discriminantes au travail ont tendance à garder le silence. De plus, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à affirmer avoir été victimes d’une discrimination dans le cadre professionnel.

Alors comment agir pour changer les pratiques vis-à-vis des femmes dans l’emploi ?

Dans la Nièvre, grâce au soutien de l’ACSE Bourgogne et la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité, FETE a décidé de proposer aux femmes des quartiers un espace de parole pour qu’elles puissent exprimer leur vécu.

Suite à ces rencontres, une vidéo a vu le jour, composée de témoignages pour rendre visibles des pratiques discriminatoires. Afin de garantir l’anonymat des témoins, FETE a fait appel à des comédiennes amateurs et a travaillé avec la Compagnie VA BENE.

Découvrez ces six témoignages en vidéo :

Cette vidéo peut être utilisée dans le cadre de sensibilisations à la lutte contre les discriminations. Pour plus de renseignements, contactez FETE Nièvre.

 

Pour en savoir plus :
En France, la discrimination est une atteinte au principe d’égalité et constitue un délit sanctionné par la loi. Pourtant, la dernière étude commandée par le Défenseur des Droits et l’Organisation Internationale du Travail (OIT) souligne la persistance des discriminations au quotidien, notamment au travail.
Cette étude montre qu’un grand nombre des salariés estiment être concernés par les discriminations autant dans le secteur public que dans le privé. L’étude révèle que 31 % des agents de la fonction publique et 29 % des salariés du privé affirment avoir été victimes dans le cadre de leur travail et que seul, un actif sur deux n’a jamais été témoin de discrimination au travail.
Les principaux critères de discrimination cités par les victimes travaillant dans le secteur privé sont le genre, la grossesse et la maternité. Elles citent ensuite leur origine ethnique ou leur nationalité. Spécificité du secteur public, l’apparence physique est souvent invoquée comme autre motif de discrimination.
La situation des femmes (grossesses, enfants…) associée à des stéréotypes largement répandus sont à l’origine de pratiques discriminatoires. Ainsi, elles ont encore aujourd’hui plus de difficultés que les hommes à s’insérer professionnellement : elles sont plus souvent embauchées à temps partiel, en CDD, sur les postes les moins rentables, etc.